Commencer le running à 36 ans – pourquoi et comment?

commencer le running

Vous envisagez de commencer le running et vosu vous sentez découragez à cause de votre âge? J’étais dans le même cas. J’ai commencé le running à 36 ans. J’étais convaincue que personne n’a jamais vu un coureur aussi ridicule que moi, dans une aussi mauvaise condition physique dans la rue. Au fond de moi, j’étais convaincue que commencer le running c’est quelque chose qu’on fait à 15 ans ou qu’on ne fait pas du tout.

J’avais pourtant besoin d’une activité physique compte tenu de ma vie sédentaire devant un écran. J’avais aussi besoin de dégager ces tensions accumulées… J’avais aussi besoin de démarrer une activité qui ne m’oblige pas à suivre un horaire ou un planning fixe.

Après réflexion, je me suis dit que tant pis. Peut être ne commence-t-on pas le running à 36 ans, mais pour moi cela paraît êter l’activité la moins contraignante. Alors j’y vais, je tente.

Un an plus tard, 8kg de moins sur la balance et des kilos d’endorphines produits par mon corps je ne peux vous dire à quel point je suis contente d’avoir commencé le running. Aujourd’hui je me fiche complètement si je suis ridicule ou pas! Je vais courir quatre fois par semaine et cela ma fait du bien! J’ai fini ma première course et je suis inscrite pour un semi marathon.

Pourquoi commencer le running à 36 ans

Parce que à 17 ans je préférais faire du renforcement musculaire. A 20 ans faire du sport n’était pas sur ma liste de priorités – je devais réussir mes études. Ni à 25 ans parce que je devais réussir mes débuts au boulot. A 30 ans j’avais la tête dans les couches et les nuits étaient courtes.

Et à 36 ans, les enfants ont un peu grandi, sont devenu un peu plus indépendants… Je me suis comme réveillé d’un coup pour découvrir un corps que je reconnaissais à peine… Et aussi un état mental pas au top avec cette sensation de ne vivre que pour les autres.

Et voilà comment je me suis retrouvé à commencer le running à 36 ans. Vous vous reconnaissez dans ce portrait? Pas étonnant, j’ai parfois l’impression que nous faisons toutes les mêmes choses aux mêmes âges…

Mais alors…. Comment commencer le running quand on a une vie de famille et une vie pro? Comment commencer à courir sans se blesser? Faut-il acheter l’équipement course à pied – chaussures runners, t-shirs et leggins fluo, bracelet ou montre de running? Autant de questions que je me suis posée. Voici un livre qui vous accompagnera dans vos débuts et répondra à vos questions:

Le cahier Running des Paresseuses écrit par Marie Poirier et Soledad Bravi et fait pour toute scelles qui comme moi n’étaient pas des sportives au par avant, qui ont un style de vie sédentaire, une famille, une vie professionnelle… « Vous avez envie d’apprendre à courir et vous dépasser… mais l’idée de vous geler les jambes en plein hiver tous les matins vous rebute ? Vous vous essoufflez à chaque montée des marches du métro et courir pour prendre votre bus vous laisse exsangue ? Un ton décalé mais des infos sérieuses pour se dépasser et devenir une vraie sportive. »

Pour commencer, je n’ai pas suivi de programme course à pied débutant.

Je vous recommande de suivre le programme de course à pied pour débutant du Cahier running des paresseuses plus haut. Cela vous aidera à être sûr d’être sur la bonne voie.

Perso, j’ai démarré sans programme course à pied débutant.

J’avais juste décidé de:

  • faire quatre séances par semaine (tôt le matin pour qu’on ne me voie pas trop et pour ne pas déranger le reste du fonctionnement familial) Aujourd’hui je suis moins timide, mais au moins deux de mes séances hebdo de running sont de 40 minutes tôt le matin à jeun
  • courir quelques minutes et marcher ensuite, en fonction de mon état. Alterner en augmentant la quantité de marche
  • et -résolution très utile pour moi- écouter de la musique qui bouge et qui vous émeut – ce qui m’a permis de me concentrer sur la musique plutôt que sur mon souffle. Très vite j’ai pu courir 30minutes sans m’arrêter car je n’avais plus peur d’être essoufflée

Après avoir commencé le running à 36 ans – intégrer la pratique dans le quotidien

Voici quatre astuces pour intégrer la course à pied dans un quotidien familial:

  • courir tôt le matin dès le réveil entre 6 et 7h avant que le reste de la famille se lève – j’adore cela me permet de me mettre de bonne humeur avant les « je ne veux pas me lever » « je ne veux pas manger » et autres
  • courir pendant la durée d’une activité périscolaire d’un enfant. Au lieu de faire les courses, offrez vous ce plaisir!
  • prendre un soir par semaine pour une séance de running ou de renforcement musculaire ou de zumba. Votre partenaire peut bien vous offrir cela!
  • la pose de midi reste aussi une solution

Autre changements de modes de vie qui accompagnent le début de la pratique de running pour moi

Commencer le running m’a permis de constater un laisser aller général. Je me suis rendue compte que je mangeais plus de pâtes qu’avant, plus de petits gâteaux à cause des enfants (avant simplement j’en achetais pas).

Commencer le running a été pour moi l’occasion de prendre conscience et de faire des changements dans mon alimentation. Aujourd’hui je mange sain et surtout six jours sur sept je mange sans sucre. J’ai aussi réduit les pâtes, riz, patates et pizzas, augmenté les légumes. Globalement ces changements m’ont permis de me sentir mieux.

Mais l’alimentation c’est une autre histoire pour un autre jour!

Auteur : Mima

Bonjour! Je m'appelle Mima et ceci est mon blog. Ici je vous raconte comment j'ai découvert le running après 30 ans. Cette découverte m'a amené à imaginer un nouveau moi plus zen et plus épanouie. Je vis enfin aujourd'hui et maintenant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *